Adieu Sir Stirling Moss

Catégories
Publié le sam 18/04/2020 - 08:51

Adieu Sir Stirling Moss

Mise en page

Sir Stirling Moss a franchi la dernière ligne droite, mais cette fois sans prochain Grand Prix ou autre course mythique....

En dehors du tite de Champion du monde qui lui a toujours échappé ...de peu, il a gagné tout ce qui se faisait de plus noble en compétition automobile  à son époque.

A quatre reprises, il a échoué sur la deuxième marche d'un championnat du monde de Formule 1 encore balbutiant, dans les années 1950. En trouvant sur sa route le redoutable Argentin Juan-Manuel Fangio, qui sera aussi son coéquipier, le Britannique Stirling Moss a fini par gagner un titre honorifique bien plus flatteur que celui d'éternel second : celui de "champion sans couronne". Avant d'être fait chevalier par la reine Elizabeth en 2000, et de devenir ainsi "Sir". Obligé d'interrompre sa carrière sportive à 33 ans après avoir passé 32 jours dans le coma suite à une sortie de route sur le circuit de Goodwood, il avait réussi à réchapper aux nombreux accidents mortels qui ont émaillé ces débuts de la Formule 1.

" Pilote éclectique, il aurait conduit des voitures de 84 constructeurs différents, raflant 212 victoires au passage, dont 16 Grand Prix de F1. Avec, en point d'orgue, ce triomphe et ce record dans les terribles Mille Miglia, le 1er mai 1955, au volant d'une Mercedes 300 SLR. La marque à l'Etoile lui rendra d'ailleurs hommage bien plus tard, en lançant une version radicale de sa SLR moderne portant son nom. Mais c'est aussi en 1955 que le dramatique accident du Mans, qui tuera 84 spectateurs, contraindra Mercedes à se retirer de la course alors que Moss était installé en tête avec son coéquipier Juan-Manuel Fangio. Les 24 Heures ne lui porteront donc pas davantage chance que le championnat du Monde de F1, puisqu'il devra s'y contenter de deux deuxièmes places. Mais pas de quoi l'empêcher de devenir une véritable légende, qui marquera davantage l'histoire du sport automobile que de nombreux "champions avec couronne". (Automobile-Magazine)"

Son rival a toujours été Juan Emmanuel Fangio.

ils se vouaient un grand respect et ont couru ensemble sur Mercedes lors des 24 heures du Mans 1955 mais ou l'accident dramatique a mis fin à la course alors qu'ils étaient en tête.

Comme parfois à ce niveau là , le debriefing pouvait être tendu...(photo)

Stirling Moss était toujours secondé par son fidèle copilote Denis JENKINSON

Il a beaucoup courru  sur Mercedes : la "Feche d'Argent" en remportant la course Mille Miglia  a une allure impressionnante : 1618 kms en 10 heures 7 minutes et 48 .

Son gravissime accident 1962 sur le circuit de Goodwood dont il se remis difficilement l'a contraint en 1963 sur le même circuit à jeter l'éponge, ne se sentant plus la capacité de pilotage de haut niveau.

Ce qui n'empêchat pas par la suite de participer à de très nombreuses manifestations de compétitions plus calmes , en voitures de collection.

Il était admiré par les plus grands pilotes en particulier Lewis HAMILTON et également Sebastien VETTEL qui lui a rendu cet hommage :

 

"Ce fut un grand choc," confie le pilote Ferrari.

"Il était à l’hôpital depuis un certain temps, mais c’est finalement triste qu’il ait perdu son combat. J’ai eu la chance, il y a quelques années ,de déjeuner avec lui et de partager quelques histoires. Des temps très différents de ce que nous vivons en F1 à présent mais l’esprit est très similaire."

"Nous avons eu la chance de l’avoir autant eu proche de nous si tard dans sa vie. On se souviendra toujours de lui comme l’un des plus grands pilotes de Formule 1. Et si vous regardez uniquement la F1, il n’a pas remporté le championnat du monde mais il le méritait certainement."

"Il a eu beaucoup de très bonnes courses également en dehors de la Formule 1, je pense qu’il a à peu près tout réalisé dans le sport, il manque peut-être ce titre en F1 mais de manière générale, je pense qu’il n’y a pas beaucoup de pilotes qui ont pu ou peuvent se comparer à lui."

"Ce qui reste vraiment, c’est le fait qu’il était un gars si charismatique et si gentil. Un vrai gentleman. Beaucoup de choses me viennent à l’esprit en parlant de Stirling, donc il nous manquera."

Et lorsqu’on lui demandait s’il avait eu peur une fois dans sa vie, il répondait : « J’ai perdu une roue à 140 milles/h [225 km/h], c’était comme être au lit avec une fille et regarder une vidéo. »

Et  sur le plan local avec l'AOC nous avons eu la chance de pouvoir  l'approcher à Beaune, lors du Tour de France Auto 2008, au volant d'une MB en compagnie de son épouse et copilote Susie, lorsqu'ils ont fait escale sur le parking du parc des expositions dont nous avions la charge du stationnement.

Nous avons pu brièvement discuter avec lui et son epouse et en profiter pour lui indiquer la route pour rejoindre son hotel

Emmanuel a même pu faire une belle photo souvenir avec Susie Moss sous l'oeil un peu inquiet de Sir Moss !!

Lorsque l'on voit les dangers et les risques que courraient ces grands pilotes, on ne peut être que très admiratif:

Ici sur le Nurburgring qu'il remporta:

https://www.youtube.com/watch?v=29lnROMFd8Q#action=share

 

Chapeau bas Sir.....

 

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.